Rougeole, recrudescence des cas : conduite à tenir !

Nous sommes passés d’environ 300 cas de rougeole annuels en 2013-2015 à 1.605 cas déclarés en 5 mois !

Le nombre de cas de rougeole déclarés en France en 2018 a dépassé 1.500, ont annoncé mercredi 11 avril 2018 les autorités sanitaires, tandis que se poursuit l’épidémie en Nouvelle-Aquitaine, région de loin la plus touchée. Santé publique France a fait état de 1.527 cas depuis le début de l’année, et 1.605 depuis le 6 novembre 2017, date après laquelle la maladie a connu une « recrudescence » qui n’a pas été enrayée depuis. En mars 2018, c’était 915 cas qui avaient été enregistrés depuis le 6 novembre 2017. » selon Sciences et Avenir. » Lire la suite

PMI : onze vaccins obligatoires pour nos enfants

La nouvelle année 2018 s’ouvre sur une modification des obligations vaccinales. Ce ne sont plus trois, mais onze vaccins qui vont devenir obligatoires pour nos petits.

Les familles s’inquiètent en parlant du trop grand nombre d’injections et de molécules antigéniques. Or, il n’est pas question d’effectuer des dizaines de piqûres pour respecter ces nouvelles mesures : les vaccins sont dorénavant regroupés en une même injection. Ils protègeront les enfants des maladies comme la diphtérie, le tétanos, la polio, la coqueluche, l’haemophilus influenzae, l’hépatite B, le pneumocoque, la méningite C, la rougeole, les oreillons et enfin la rubéole.

  • Les vaccins contre les six premières maladies sont regroupés dans l’Hexavalent (Infanrix Hexa ou Hexion), qui inclut les trois vaccins jusqu’ici obligatoires (DTP = diphtérie, tétanos et poliomyélite) plus la coqueluche, l’haemophilus influenzae de type B et l’hépatite B ;
  • Les vaccins contre les trois dernières maladies (rougeole, oreillons et rubéole) sont également regroupés en une seule injection (ROR, Priorix, ou MMR).

» Lire la suite

Vaccins : rougeurs et gonflements dans la zone d’injection d’un vaccin, que faire ?

Après un vaccin chez le jeune enfant, voici quelques précautions à prendre :

Placer des compresses d’eau froide ou des packs froids sur la zone.

Administrer du doliprane en fonction du poids de l’enfant. On peut le renouveler toutes les 6 heures.

Si cela persiste (rougeur, douleur, fièvre) : Consulter un médecin.

 

Mon enfant a reçu le vaccin du BCG : 7 règles à respecter

  1. Laissez le bras vacciné à découvert le plus souvent possible, pour faciliter la cicatrisation.
  2. Mettez des vêtements qui ne serrent pas à l’endroit où la piqûre a été faite.
  3. S’il s’écoule un peu de liquide à l’endroit où la piqûre a été faite, appliquez simplement une compresse sèche et stérile.
  4. N’APPLIQUEZ AUCUNE POMMADE, NI TALC, NI AUCUN AUTRE PRODUIT à l’endroit où la piqûre a été faite ou sur le ganglion!
  5. Ne donnez aucun antibiotique !
  6. Le bain et la douche sont autorisés dès le jour de la vaccination. En revanche, éviter les bains en piscine ou à la mer s’il s’écoule un peu de liquide.
  7. Consultez votre médecin si : La zone dure au toucher (apparue autour du point de piqûre mesure plus de 3 cm) Votre enfant est gêné dans ses mouvements. Le ganglion, qui est apparu sous le bras, est visible à l’œil nu et ramolli (suppuration).